Tir à l'arc

 L'action de tir

         
   

Position de tir

Prise de corde

L'armement

Point d’ancrage

La décoche

La relâche

Le rythme

La respiration

 
 

Accueil site - Tir à l'arc

 
 Position de tir

Une image valant mieux qu’un long discourt, voici ci-dessous la position que j’utilise. Cela dit c’est la mienne (partagée par pas mal d’archers) mais pour vous …

L’avantage de cette position est d’être assez naturel, de pouvoir évoluer en fonction de la nature du terrain (pente, descente, obstacles …). Le corps doit être ferme mais non crispé, la concentration sur le centre de la cible au maximum à partir du moment ou vous êtes sur le pas de tir. Mais détaillons tout de même quelques points important.

 

     
  Vue de face Vue de dos  

 Prise de corde

 

L’index sera au-dessus de l’encoche, le majeur et l’annulaire étant en dessous. Cette position dite « méditerranéenne » est très polyvalente quel que soit le type de matériel, la position à adopter, la distance du tir. Bien sûr la main sera ferme mais non crispés

 L'armement

 

Il doit être volontaire, continu, sans accoue et permettre d’arriver au point d’ancrage de façon naturel.

 Point d’ancrage

Pour moi, je choisis le contact entre le bout du majeur et la commissure des lèvres. Toujours conserver le même point d’ancrage. L’arrivé au point d’ancrage se fait en douceur.

 La décoche

L’arrivé au point d’ancrage n’est pas tout. Il ne faut ni se bloquer pour viser, ni revenir, ni continuer à la même vitesse. Il faut que le geste, continu depuis le début de l’armement, vous permette au moment ou vous arriver à l’encrage d’être pratiquement dans l’axe de visée. De fait, au moment ou l’on sent que l’on est au centre, vous pouvez lâcher la corde.

 La relâche

Ici pas de main sur l’épaule, il suffit de laisser la main continuer son chemin, généralement elle s’arrête sur la joue. Mais l’idée directrice est toujours : La continuité du mouvement.

 Le rythme

Comme vous l’avez sans doute compris depuis le début des explications, il doit être continu, volontaire, non saccadé, de vitesse variable en fonction du moment de l’action, mais toujours le plus fluide possible. C’est peut-être l’élément clé de la réussite (avec la visée).

 La respiration

L’action d’armement doit se faire de façon synchro avec une aspiration. Un ralentissement, ou arrêt étant nécessaire arrivé au point d’ancrage. Bien respirer avec le diaphragme (voir méthode d’arts martiaux). Ce point n’est pas à négliger.

  e-mail

A jour du 19/05/2005